juin 27th, 2016 | by Cédric
Actualité
0

Sans argent et privés de passeport, des ouvriers chinois réclament depuis des semaines leur rapatriement. Un journaliste algérien est allé leur rendre visite dans leur campement de fortune au cœur d’Alger.

 

 

L’image est aussi déconcertante qu’impressionnante : une centaine de travailleurs chinois, manifestement en fin de contrat, livrés à leur sort, campant dans une ruelle parallèle au boulevard des Martyrs, à quelques encablures de l’ambassade de Chine, à Alger. Cela se passe exactement le long de la rue El-Alem Abderrezak (ex-Lefébure), dans la commune d’El-Mouradia, non loin du siège de l’ENTV [établissement public de télévision].

Réduits au statut de SDF, ils végètent, depuis plusieurs mois pour certains d’entre eux, sous des abris de fortune, confectionnés avec des bâches en plastique. Ils sont obligés de s’entasser par petits groupes sous ces refuges improvisés, étrangement bas, où l’on ne peut entrer que pour s’allonger. Certains n’ont même pas droit à ce “luxe” et passent la nuit à la belle étoile, n’ayant pour toute literie qu’un matelas pourri et une couverture crasseuse, rongés par le froid et l’humidité.

.

Des cartons d’emballage, des bouteilles en plastique, des effets personnels ramassés à la hâte et du linge qui pendouille sur un fil de fer complètent le décor. Sous-prolétaires oubliés du monde, ces travailleurs (dont certains enfilent dare-dare leur gilet de chantier vert fluo pour signifier qu’ils ont encore de la dignité) sont alignés les uns à côté des autres, de part et d’autre de l’étroite ruelle. Une partie de ces abris sont adossés au mur d’une école : le CEM [collège] Ibn Hazm Al-Andaloussi. Et les élèves d’être tous les jours confrontés à ce spectacle affligeant. On est en plein dans l’infrahumain, comme seule la mondialisation sait en fabriquer. Après l’enfer des chantiers, le ghetto.

Mardi 17 mai. Un agent de Netcom s’emploie à balayer un flanc de la rue El-Alem Abderrezak, dans le giron de l’ambassade de Chine. Il témoigne :

“Cela dure depuis plusieurs mois. Comme je travaille dans ce secteur, je les vois tous les jours. Il y a plusieurs vagues de travailleurs chinois qui vont et qui viennent. Ils attendent d’être rapatriés dans leur pays. Et quand ils partent d’autres arrivent.” Et d’ajouter : “Dès qu’un chantier est achevé, ils sont obligés de rentrer chez eux. Apparemment, ils n’ont pas été payés. Ils viennent donc réclamer leurs droits auprès de leur ambassade. Sincèrement, je n’ai rien vu de mal de leur part. Ce sont des gens tranquilles et sans histoires.”

Une chaîne d’environ une cinquantaine de demandeurs de visa pour la Chine se forme comme chaque matin tout près du “campement”. Parmi eux, Boubekeur, un brillant jeune homme de 24 ans originaire de Sétif. Boubekeur parle parfaitement la langue de Confucius. Depuis 2011, il se rend régulièrement en Chine. Il s’est même établi pour un temps à Shenzhen, près de Hong Kong, et c’est ainsi qu’il a appris le mandarin. “A la base, je suis TS [technicien supérieur] en informatique. J’ai un oncle qui est dans le commerce, il travaille beaucoup avec les Chinois. C’est lui qui m’a payé une formation de langue là-bas. J’ai fait sept mois de langue chinoise et de business chinese”, confie-t-il.

Boubekeur est venu renouveler son visa. Il souhaite s’installer définitivement en Chine. Il faut dire que ses compétences linguistiques (auxquelles s’ajoute une bonne maîtrise de l’anglais) lui ont ouvert des perspectives insoupçonnées. Il a travaillé comme traducteur pour des transitaires, des importateurs algériens et des opérateurs économiques chinois qui traitent avec les pays arabes et francophones, du coup il ne chôme pas. Boubekeur nous propose généreusement ses services d’interprète.

 

Le fait est que tous ceux que nous avons approchés parmi les occupants du site ne parlent ni l’anglais, ni l’arabe, ni le français. Grâce à notre ami, nous en apprenons un peu plus sur les tenants et les aboutissants de cette affaire. “Nous n’avons pas de ressources pour rentrer chez nous”, témoigne l’un des travailleurs. “Je suis en Algérie depuis près de deux ans”, précise-t-il. Parlant pour lui et pour deux de ses camarades qui se tiennent à côté de lui, il raconte :

“Nous avons servi dans un chantier de construction de nouveaux bâtiments à Oran. Nous n’avons pas été payés. En plus, l’entreprise nous a retiré nos passeports.”

Désormais sans travail, il espère retrouver au plus vite sa famille. “Cela fait plus de deux mois que nous sommes ici (dans la rue). Nous attendons de notre ambassade qu’elle prenne en charge notre billet afin que nous puissions rentrer chez nous”, clame notre interlocuteur. Il affirme dans la foulée que l’ambassadeur est venu s’enquérir à deux reprises de leur situation.

Black-out total

Sur ces entrefaites, des représentants de l’ambassade, encadrés par des officiers de police, ont investi les lieux. Documents administratifs en main, l’un des émissaires se concerte avec un groupe de travailleurs. Chaque document est assorti d’une photo d’identité. “Wech [quoi], ça va se régler ?” lâche, à la cantonade, un gardien de l’école Ibn Hazm. Pas de réponse. Au demeurant, aucun membre de la “délégation” ne daigne répondre à nos questions.

A l’ambassade de Chine, black-out total : toutes nos tentatives pour obtenir une information officielle sur ce dossier ont été vaines. “Ma yaâtoukche les informations (ils ne vous donneront aucune info)”, tranche un employé (algérien) officiant au service d’accueil de l’ambassade. Nous n’avons même pas eu droit à un petit off de la part du service de presse.

Dans une dépêche APS du 23 septembre 2015, qui rendait compte d’une visite de l’ambassadeur Yang Guangyu à l’automne dernier dans la wilaya de Tizi Ouzou, on apprend que quelque 40 000 travailleurs chinois sont recensés en Algérie. L’ambassadeur avait annoncé, rapporte la dépêche, que ce chiffre serait “très prochainement revu à la baisse”. La même source indique que les entreprises chinoises allaient désormais recourir à la “main-d’œuvre locale”, en précisant que les travailleurs chinois libérés seraient rapatriés.

 

Le calvaire que vivent les “SDF” chinois du boulevard des Martyrs serait-il à mettre sur le compte d’éventuels couacs survenus dans ce plan de rapatriement ? Mystère et boule de gomme. “Ça ne se fait pas de les laisser comme ça, s’indigne un riverain. Ça devient gênant. Il y a une école, là. Il faut leur trouver un endroit décent pour s’abriter. Il faut que notre Etat leur trouve une solution. Mais que voulez-vous, makache doula (il n’y a pas d’Etat).”

 

Source

Cédric

A partager massivement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Marquez le résultat Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.