Djibouti – Des femmes en grève de la faim contre l’impunité du viol à Djibouti

avril 10th, 2016 | by Cédric
Djibouti – Des femmes en grève de la faim contre l’impunité du viol à Djibouti
Actualité
0

Depuis le 25 mars, elles ne mangent plus. C’est leur dernier recours pour alerter le monde sur les viols perpétrés par l’armée djiboutienne en représailles contre l’opposition.

Elles ont les traits tirés, la plupart restent allongées dans leur lit le plus clair de la journée. Femmes Solidaires les a installées dans ses locaux à Arcueil, au sud de Paris. Depuis le 25 mars, Aïsha Dabalé, Fatou Ambassa et les autres mènent une grève de la faim, « notre dernier recours pour nous faire entendre » disent-elles, contre le fléau des viols impunis à Djibouti. Elles étaient 10 au début, elles ne sont plus que 9. Une d’elle, trop affaiblie, a été contrainte par les médecins de se réalimenter. Depuis peu, une autre vomit dès qu’elle boit de l’eau : « Les médecins pensent l’évacuer », alerte Aïsha Dabalé. Toutes sont réfugiées résidentes en France et en Belgique.

Quatre des ces femmes ont elles-mêmes subi un viol. Une d’elles, Fatou Abdallah, handicapée, n’avait alors que 17 ans. Les autres mènent ce combat pour des proches qui en ont été victimes. C’est le cas de Fatou Ambassa, qui a vu sa cousine Halima, 16 ans, se laisser mourir à la suite d’un viol perpétré par plusieurs soldats, devant ses parents.

Si elles ont décidé de mener cette grève de la faim pendant la campagne électorale à Djibouti, c’est parce qu’elles espèrent que leur message aura d’autant plus de résonance : « Autrement nous sommes inaudibles. Le seul moment où les médias parlent de Djibouti, c’est pendant la campagne électorale ! »

Le viol des femmes, arme de répression contre l’opposition

Aïsha Dabalé est la porte-parole en France du Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité. Elle explique que les soldats de l’armée régulière utilisent le viol comme moyen de représailles contre les forces armées de l’opposition (Frud) : « Ils s’attaquent aux civils depuis leurs casernes installées dans le nord et le sud ouest du pays, où opère la résistance armée. À chaque revers militaire, ce sont les villageois qui trinquent, parce qu’ils sont soupçonnés de sympathie envers l‘opposition. Mais leur cible privilégiée, ce sont les femmes. C’est l’identité même de la communauté qu’ils tentent ainsi de détruire. »

« S’en prendre au corps des femmes est un outil de domination, d’autant plus oppressant lorsque règne l’impunité », rappelle Sabine, Salmon, présidente nationale de Solidarité femmes, présente à leurs côtés. « Cette impunité totale empêche les victimes de s’exprimer, et pousse à la récidive. Cela ne peut plus continuer », ajoute Aïsha Dabalé.

© PolitisFatou Abdallah, Aïsha Dabalé et Fatou Ambassa, du Comité des femmes djiboutiennes contre le viol et l’impunité (Célia Coudret / Politis).

Depuis 1993, le Comité des femmes djiboutiennes a recensé 246 cas de viols perpétrés par des militaires sur ce petit territoire de moins de 900.000 habitants. Le Comité agit sur le terrain à Djibouti, recueille et enregistre les témoignages de femmes qui en sont victimes. Leur association est clandestine mais « parce qu’elle commence à être connue, cela pousse les femmes à parler », estime Aïsha Dabalé. Depuis le début de leur grève, le Comité a encore reçu des nouveaux témoignages : « Notre action libère la parole là-bas. »

« Seule une vingtaine de femmes a osé déposer plainte dans les commissariats de Djibouti. Elles ont été enregistrées mais aucune enquête n’a été menée, encore moins des procès », indique Sabine Salmon de Femmes solidaires, association qui suit le Comité depuis 1995.

Le gouvernement djiboutien a tenu à réagir à ces accusations : « Depuis 1991, aucune preuve n’a été fournie aux autorités djiboutiennes pour étayer ces affirmations » de viols, affirme-t-il par la voix d’un porte-parole dans une déclaration à l’AFP. Toute la difficulté est là : « Pour avoir la preuve d’un viol, il faut obtenir une attestation d’un médecin. Or, pour la plupart, ils refusent, ils ne préfèrent pas s’attaquer à l’armée. Ils craignent d’être arrêtés, que leur cabinet soit fermé… », explique Aïsha Dabalé.

Une enquête internationale

Le Comité réclame une enquête internationale suivie d’un procès, sur toutes les exactions à l’encontre des femmes : viols et autres violences sexuelles, tortures, arrestations arbitraires… « Le problème c’est que pour saisir la Cour pénale internationale, qui a condamné le viol comme arme de guerre, il faut que dans le pays d’origine où se sont passées ces violences, le circuit juridique classique des plaintes ait eu lieu. Sauf que cela ne se fait pas », alerte Sabine Salmon, accusant la communauté internationale de fermer le yeux sur la violation de droits fondamentaux, et le non-respect des conventions internationales.

Elles demandent un « signal fort et une prise de position » de la part des autorités françaises, pour qu’elles les accompagnent dans cette demande d’enquête internationale. « La France est aujourd’hui notre seul espoir, parce qu’elle peut faire pression sur le gouvernement djiboutien. Djibouti reçoit une grande part des aides perçues par l’ancienne colonie française », tient à signaler Aïsha Dabalé.

sans-titre

Des plus en plus de soutiens

Alors que leurs familles restées à Djibouti subissent des pressions, elles tiennent le coup grâce au soutien des militantes de Femmes solidaires, des habitants et commerçants du quartier. « Ils nous apportent tous les jours du thé sucré, des crèmes pour le corps, et viennent nous encourager. »

Un soutien qu’apportent aussi de nombreuses personnalités politiques et médiatiques. Sabine Salmon assure ainsi avoir reçu le soutien d’Yvette Roudy, ancienne ministre des Droit des femmes. Se sont aussi manifestés l’actrice Agnès Jaoui, Valérie Trierweiler qui relaie notamment leur combat sur Twitter, Marie-Christine Vergiat, députée européenne, Catherine Coutelle, présidente de la Délégation droits des femmes à l’Assemblée nationale, Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’égalité ou encore Mgr Jacques Gaillot. Et c’est sans compter celui d’associations féministes comme l’Assemblée des femmes, Osez le Féminisme, les Femen…

Plus récemment encore, les élus communistes du conseil municipal de Bagnolet{: target= »blank » } ont appelé François Hollande et le ministère des Affaires Étrangères à « intervenir fermement auprès des autorités djiboutiennes et des organisations internationales pour faire cesser rapidement cette situation et poursuivre les auteurs de ces actes barbares »._

Autant d’encouragements qui ont poussé Femmes solidaires et le Comité des femmes djiboutiennes à monter le projet d’un collectif de soutien, intégrant toutes les associations et les personnalités qui les soutiennent. « Cette grève n’est qu’un point de départ », estime Sabine Salmon, pour qui « il y aura un avant et après cette mobilisation ».

 

Source

Cédric

A partager massivement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Marquez le résultat Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.